Informations

COMMENT OBTENIR UN DIAGNOSTIC

 

 

 

Vous devez prendre rendez-vous avec un pédiatre ou médecin. S’il y a lieu, celui-ci vous réfèrera en pédopsychiatrie ou à un centre de développement ou d’évaluation diagnostique. Dans la région des Laurentides il y a une clinique d’évaluation diagnostique qui a le mandat officiel de poser les diagnostics pour les troubles du spectre de l’autisme (TSA)

Si votre enfant est adulte ou si vous pensez avoir un TSA, vous devez prendre rendez-vous avec un médecin. S’il y a lieu, celui-ci vous réfèrera en psychiatrie ou à une clinique spécialisée d’évaluation diagnostique.

Les listes d’attente peuvent varier. Lors du diagnostic, l’enfant sera évalué par une équipe de spécialistes et subira certains tests généraux.

Si vous avez des soupçons que votre enfant pourrait avoir un TSA, ou désirez plus d’information sur comment obtenir un diagnostic, vous pouvez nous contacter au 450-569-1794

 

 

QUOI FAIRE APRÈS UN DIAGNOSTIC ?

 

Pour les usagers et leur famille

  • Le parent doit communiquer avec le CISSS des Laurentides au numéro centralisé 811 pour parler à un intervenant et ouvrir votre dossier.
CRDI (Centre de réadaptation en déficience intellectuelle)

 

Les CRDI offrent différents services selon l’âge de l’enfant ayant un TSA. Ci-dessous un extrait de la description des services offerts :

Services offerts

Par le biais d’interventions individuelles et de groupes, nous offrons des services interdisciplinaires en utilisant des moyens de soutien tels que l’accompagnement, le soutien à l’acceptation du diagnostic, l’adaptation, la stimulation précoce, l’enseignement des habiletés sociales, la mise en place de mesures de répit, l’orientation et la représentation.

Services en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme

0-5ans

Les centres de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement (CRDI-TED) ont le mandat d’offrir des services d’intervention comportementale intensive (ICI) aux enfants âgés de deux à cinq ans ayant reçu un diagnostic TED et inscrits dans un de ces centres. Les services sont offerts à raison d’une vingtaine d’heures par semaine.

 

Service de stimulation précoce

Pour les enfants de moins de 6 ans ayant un retard global de développement ou un trouble du spectre de l’autisme, ce service vise à stimuler le développement des habiletés dans les différentes sphères du développement de l’enfant (langagières, cognitives, sensori-motrices, motrices, affectives, etc.) afin de maximiser son potentiel, de réduire les écarts significatifs et de le préparer à sa scolarisation.  Ce service inclut également différentes modalités d’accompagnement et de coaching familial visant à développer la compréhension, les connaissances et compétences des parents envers leur enfant et ses caractéristiques spécifiques.

 

5ans et plus

Pour les enfants de 5 ans et plus, suivi d’éducateur sous forme de gestion de dossier/suivi auprès des parents. Les éducateurs offrent des conseils aux parents sur comment encadrer leur enfant à domicile et travailler leurs acquis. La fréquence de ce service peut varier selon les difficultés de l’enfant (une visite par mois, par semaine ou au besoin) mais généralement, ceci n’est pas un service direct intensif.

21 ans et plus

À la fin des services scolaires, les CRDI doivent offrir des services socioprofessionnels. Ceux-ci prennent la forme de: programme de jour occupationnel, plateau de travail et/ou intégration en emploi supervisé.

 

Service d’adaptation et de réadaptation

Le service permet d’établir le bilan fonctionnel de la personne ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, d’identifier les écarts significatifs de fonctionnement et de mettre en place les interventions visant à les réduire et de déterminer le plan d’intervention.

Le service, offert aux enfants de 7 ans et plus ainsi qu’aux adultes, permet d’établir le bilan fonctionnel de la personne ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, d’identifier les écarts significatifs de fonctionnement qui causent une situation de handicap dans différentes sphères et de déterminer le plan d’intervention qui permettra de les réduire lorsque le pronostic est favorable.  Ce service s’inscrit souvent en collaboration avec les acteurs des milieux de vie de la personne (scolaire, résidentiel, loisirs, etc.)

Le service d’adaptation et de réadaptation comprend une gamme d’interventions spécifiques à cette clientèle ainsi que la possibilité d’épisodes de services spécialisés lorsque requis.  Les épisodes de services spécialisés sont souvent nécessaires pour la clientèle qui présente une problématique complexe (concomitance de difficultés), pour la clientèle présentant un trouble de comportement ou un trouble grave de comportement, lorsque la personne est à risque élevé d’exclusion d’un de ses milieux de vie ou encore lorsque le projet de vie nécessite un épisode de services intensifs, souvent interdisciplinaires et réalisés à l’aide de programmes spécialisés.

Service en contexte d’intégration au travail

Ce service permet d’évaluer les intérêts socioprofessionnels de la personne et son potentiel d’employabilité. La personne pourra développer ses compétences, ses intérêts et ses habiletés sociales liés au monde du travail ou au maintien de son emploi, et développer dans le milieu des attitudes et des stratégies favorisant l’intégration et la participation sociales de la personne  dans le cadre d’un travail .

Service en contexte d’intégration communautaire

Les services permettent à la personne de développer des intérêts et de faire l’apprentissage de nouvelles connaissances par le biais d’activités réalisées dans les divers milieux de vie (milieux de garde, écoles, loisirs, etc.).

Services d’intégration domiciliaire

Service spécialisé visant à développer les habiletés et l’autonomie de la personne et à adapter une solution domiciliaire afin qu’elle puisse bénéficier d’un milieu de vie et de mesures de soutien variable.  L’épisode de service sert au développement et à l’actualisation d’une solution résidentielle à long terme, pertinente au projet de vie de la personne et lui permettant d’actualiser au maximum sa participation sociale et son autodétermination.  Cette solution inclut une variété de soutien provenant de la collectivité, de la famille, des services communautaires et publics et permet, suite à l’épisode de services spécialisés, à la personne de bénéficier d’un domicile adapté à ses capacités.

Service d’hébergement en ressources non-institutionnelle

Ce service est offert aux personnes (enfants ou adultes) qui n’ont plus de milieu de vie résidentiel et qui ne peuvent intégrer un milieu de vie naturel (appartement avec supervision ou non, milieu de vie familial, bi-générationnel, etc.).  L’établissement offre un parc de places en hébergement dans un réseau de ressources de type familial (RTF) ou intermédiaire (RI).

À tout âge

Services résidentiels et répits spécialisés. Si la famille a besoin de répits, ou doit placer l’enfant ou l’adulte de façon temporaire ou permanente, les CRDI ont le mandat de fournir les services résidentiels.

Malheureusement, dans chaque sphère de service, les listes d’attentes sont longues. Le seul recours des parents est de se procurer des services en privé. Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous afin que nous puissions vous diriger au service le plus adéquat pour vous.

 

OPHQ ET VOUS

 

Qu’est-ce que l’OPHQ peut faire pour vous ?

Saviez-vous que l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) peut vous informer des programmes existants et vous aider dans vos diverses démarches (ex : obtenir l’accès à des services, améliorer l’intégration de votre enfant en milieu scolaire ou en service de garde, faire valoir les besoins de votre enfant)?

Qu’il s’agisse d’informations sur les droits de votre enfant, de conseils sur la stratégie à utiliser, d’exemples concrets d’intégrations réussies dans d’autres milieux, d’accompagnement lors d’une rencontre importante ou de soutien lors d’un premier plan d’intervention, ils pourront vous aider.

Pour les rejoindre :
www.ophq.gouv.qc.ca

Crédits d’impôts non remboursables :

Les gouvernements Fédéral et Provincial offrent des crédits d’impôts non-remboursables.

Dans le cas du gouvernement fédéral : Vous devez remplir le formulaire T2201.

Dans le cas du gouvernement provincial : vous devez remplir le formulaire TP-752.0.14 « Attestation de déficience ».

Il est important de mentionner à votre comptable ou à la personne qui complète vos rapports d’impôts que vous avez un enfant handicapé afin de vous assurer de recevoir tous vos crédits d’impôts et subventions.

Prestation pour enfants handicapés – Fédéral

https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/prestations-enfants-familles/sujet-prestation-enfants-handicapes.html#q6

C’est un montant non-imposable qui peut atteindre 230,91$ par mois (pour un total de 2771$ par année-basé sur l’année 2017) par enfant admissible. Ce montant est réduit si votre revenu net familial dépasse 65 975$.  Afin de pouvoir recevoir cette subvention, la famille doit avoir préalablement rempli le formulaire T2201 « Certificat pour le crédit pour personnes handicapées », qui est un formulaire pour fin de déclaration d’impôts. Une fois ce formulaire rempli et envoyé à l’agence de revenu du Canada, le formulaire est mis dans le dossier d’impôt du parent, rendant celui-ci éligible à la subvention. Si le formulaire n’est pas dans le dossier d’impôt, le gouvernement ne reconnaît pas que la famille a un enfant handicapé.

Supplément pour enfants handicapés – Provincial

 

 

 Cette subvention est gérée par la Régie des rentes du Québec. Les familles reçoivent 192$ par mois (basé sur l’année 2017 et indexé au mois de janvier de chaque année). C’est un montant fixe, non-imposable, indépendant de la sévérité du handicap de l’enfant. Afin d’être éligible pour cette subvention, la famille doit remplir le formulaire « Demande de supplément pour enfant handicapé ». Une partie du formulaire doit être remplie par le parent, et une partie par un professionnel. Un diagnostic formel est nécessaire pour être éligible à la subvention et souvent lors de l’évaluation du diagnostic, la clinique qui a évalué votre enfant entreprend les démarches pour cette demande.

NB: Cette subvention n’est accordée que lorsque le handicap limite de façon importante les activités de la vie quotidienne de l’enfant.

Vous pouvez vous procurer le formulaire au site web de la RRQ, https://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/enfants/enfant_handicape/Pages/guide-pour-faire-une-demande.aspx , à votre CSSS ou au bureau de la Régie des rentes du Québec.

 

 

 

 

Sécurité du revenu

 

 

 

 

Les adultes TSA qui ne sont pas aptes à l’emploi ou qui ont une contrainte sévère à l’emploi de façon permanente et prolongée sont éligibles à la sécurité du Revenu. Leur dossier doit être étudié pour déterminer s’ils y sont éligibles et la façon de s’y prendre. Avant que l’enfant ait 18 ans, la personne responsable de l’enfant doit chercher les formulaires au Bureau de Services Québec. Il y a des formulaires spécifiques à remplir, ainsi que des formulaires qui doivent être remplis par le médecin de la personne handicapée. Il est préférable de commencer le processus 1 ou 2 mois avant l’anniversaire de la personne afin de vous assurer que vous avez reçus les formulaires remplis par le médecin. Lorsque l’enfant est considéré comme ayant des contraintes sévères à l’emploi, il est éligible au montant maximal (1035$ par mois en 2018).

Assurez-vous d’avoir ces documents en mains pour déposer votre demande :

  • Numéro d’assurance sociale
  • Certificat de naissance
  • Formulaires complétés

Prenez note que la solidarité sociale va être refusé à tout individu qui est inscrit à une institution post-secondaire pour plus de 2 cours par session.

 

 

 

Programme Soutien à la famille

 

 

Chaque CLSC gère un programme de soutien à la famille qui consiste en une allocation d’aide financière permettant aux familles de s’offrir du répit ou du gardiennage.

Il est possible d’avoir accès à d’autres mesures de soutien par le CLSC, entre autres: l’aide à domicile, dans le cas par exemple d’une incapacité temporaire du parent (suite à une opération,etc.), l’accès à un programme d’allocation d’aide matérielle (recevoir gratuitement des couches ou prêt d’équipement de protection). Des conditions s’appliquent toutefois quant à l’admissibilité à ce programme.

Pour plus d’information ou pour une évaluation de vos besoins, contactez votre CSSS local.

Programme d’aides matérielles pour les fonctions d’élimination du Ministère de la Santé et des Services sociaux

Si votre enfant a plus de trois ans et qu’il utilise des produits d’incontinence, vous pourriez possiblement être éligible au Programme d’aides matérielles pour les fonctions d’élimination du Ministère de la Santé et des Services sociaux. Ce programme donne droit à un soutien financier pour l’achat de différents produits tels que des culottes d’incontinence, des piqués jetables ou lavables, des couvre matelas, etc. Vous devez faire votre demande par l’entremise de votre CSSS, toutefois si vous êtes bénéficiaire de l’assistance-emploi votre demande doit être faite à votre Centre local d’emploi (CLE). Également, plusieurs critères et conditions doivent être respectés. Ils sont décrits dans un document produit par le Ministère de la Santé et des Services sociaux disponible sur le site Internet. Vous pouvez prendre connaissance du document en consultant le site qui suit.

Vous pouvez vous procurer plus d’information à ce sujet sur le site du MSSS.

Subvention pour les services de garde

 

 

Il existe deux subventions pour l’intégration d’enfants handicapés en service de garde.

Le service de garde doit être accréditée et subventionnée par le Ministère de la Famille et des Aînés. Le service de garde doit faire la demande pour les deux subventions. Pour toutes informations concernant ces subventions ou pour faire une demande, le service de garde peut contacter le Ministère au 514 873-7200. Pour s’informer, les parents doivent composer le 1 877 216-6202.

Les deux montants sont:

  • Subvention de 40,89 $ à 42,38 $ par jour (selon le type de service de garde) qui peut être attribuée à embaucher une accompagnatrice pour 2 à 3 heures par jour. Le service de garde peut aussi absorber la subvention et réorganiser ses services afin de favoriser l’intégration, ex : diminuer le ratio.
  • Subvention de 2 200 $ donnée une fois seulement, pour acheter du matériel et des jeux pour favoriser la stimulation et l’intégration.  Elle inclut une provision de 1800 $ pour couvrir les dépenses liées à l’équipement ou à l’aménagement nécessaire à l’enfant.

Le service de garde doit donner au Ministère une preuve indiquant comment l’argent est utilisé.

Nouveau lien pour s’inscrire sur la liste pour trouver facilement et rapidement un service de garde au Québec pour un enfant entre 0 et 5 ans:

https://www.laplace0-5.com/

 

 

Allocation-logement

 

 

L’allocation-logement offre une aide financière à des ménages à faible revenu qui consacrent une part trop importante de leur budget pour se loger.

Le montant maximal mensuel est de 80$ par mois. Les personnes éligibles sont:

  • les familles ayant au moins un enfant à charge;
  • les personnes âgées de 50 ans ou plus.
  • Pour recevoir cette subvention, il faut avoir produit votre déclaration de revenus.

Si vous désirez plus d’informations concernant cette subvention, vous pouvez consulter le site web de la Société d’habitation du Québec http://www.habitation.gouv.qc.ca/programme/programme/allocation_logement.html ou communiquer par téléphone au 1-855-291-6467

Le Régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI)

Le régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI) est un régime d’épargne conçu pour aider les parents et toute autre personne à économiser pour assurer la sécurité financière à long terme des contribuables admissibles au crédit d’impôt pour personnes handicapées.

Un REEI permet au titulaire d’épargner jusqu’à 200 000 $ au nom d’un bénéficiaire qui n’a pas plus de 59 ans et qui est admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH). Les deux paliers de gouvernement bonifient vos contributions en fonction des revenus de la famille et de l’âge du bénéficiaire.

Le REEI s’inspire en bonne partie du régime enregistré d’épargne-études (REEE). Comme avec le REEE, les contributions ne sont pas déductibles, ne font l’objet d’aucune limite annuelle et l’imposition sur le revenu est différée. Le gouvernement fédéral a fait en sorte que les paiements au bénéficiaire provenant d’un REEI n’affectent pas son admissibilité aux programmes fédéraux et provinciaux (par exemple le crédit de TPS et de TVQ).

Ce produit est disponible auprès des institutions financières, des principales compagnies d’assurances et des planificateurs financiers. Renseignez-vous !

Pour obtenir plus de renseignements, voici le lien de la page Internet de l’Agence de Revenu du Canada : www.cra-arc.gc.ca/tx/ndvdls/tpcs/rdsp-reei/menu-fra.html.

J’ai 18 ans

Pour en savoir plus sur :

Comment déterminer si une personne est inapte :

L’inaptitude se définit comme l’incapacité pour une personne de prendre soin de sa personne ou de ses biens. Il y a divers degrés d’inaptitude: elle peut être partielle ou totale, temporaire ou permanente. Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter le site : https://www.educaloi.qc.ca/capsules/linaptitude

L’ouverture d’un régime de protection :

Les régimes de protection sont des mécanismes juridiques établis afin de protéger les personnes rendues vulnérables par leur inaptitude. Ils sont destinés à assurer leur protection, administrer leurs biens et, de façon générale, leur permettre d’exercer leurs droits.

Un régime de protection peut être ouvert lorsque la personne inapte a besoin de protection et qu’elle n’a pas prévu de mandat en prévision de son inaptitude (ou que celui-ci est incomplet).

La loi prévoit trois régimes de protection, qui varient selon le degré d’inaptitude de la personne.

  • La curatelle
  • La tutelle
  • Le conseiller au majeur

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter le site : www.educaloi.qc.ca

Un parent désireux de se faire nommer officiellement tuteur de son enfant âgé de plus de 18 ans et prestataire de la solidarité sociale pourra faire défrayer le coût d’une telle procédure par l’aide juridique. Consultez votre bureau d’aide juridique pour en savoir plus www.csj.qc.ca

Vignette d’accompagnement touristique et de loisir

La vignette d’accompagnement touristique et de loisir (V.A.T.L.) est une petite vignette autocollante qui permet la gratuité aux accompagnateurs des personnes ayant une déficience, lors des sorties dans différents sites touristiques et de loisir.

Ce concept s’adresse à des personnes de 12 ans et plus, ayant une déficience de façon significative et persistante. Vous pouvez remplir le formulaire de demande et consulter la liste des sites accessibles au www.vatl.org

Pour plus d’informations ou questions vous pouvez communiquer avec l’Association régionale de loisirs pour personnes handicapées des Laurentides (ARLPH Laurentides) au 450-431-3388 ou [email protected]

Processus aux plaintes :

Si quelqu’un ne reçoit pas les services ou la qualité des services qu’il juge être en droit de recevoir, la seule façon de faire connaître son insatisfaction est la plainte. C’est aussi la seule façon de corriger ou d’améliorer la situation. La plainte permet de dénoncer les problèmes de services pour une clientèle et en fin de compte, elle peut aider à recevoir de meilleurs services.

Le commentaire sur une insatisfaction fait à un intervenant n’aura pas la même portée parce qu’il reste informel. Dans le cas d’une plainte officielle, elle sera comptabilisée et devra être incluse dans le rapport annuel d’un établissement.

Dans le réseau de la santé et des services sociaux (CRDI, hôpitaux, CSSS, CLSC, etc.), la Loi sur les services de santé et les services sociaux¹, permet à une personne qui est insatisfaite d’un service reçu ou requis d’un établissement de formuler une plainte écrite ou verbale auprès du commissaire local aux plaintes et à la qualité des services de l’établissement concerné.

Le commissaire est responsable du respect des droits des usagers et de l’examen rapide de leurs plaintes. Il doit appliquer la procédure d’examen des plaintes adoptée par l’établissement, étudier les plaintes des usagers dans le respect de leurs droits, adresser des conclusions à l’usager ou à son représentant et, s’il y a lieu, formuler des recommandations aux instances responsables.

Si la personne ou son représentant demeure insatisfait des conclusions à sa plainte ou si elle n’a pas reçu de réponse dans les 45 jours suivants sa plainte, elle peut alors s’adresser directement au Protecteur du citoyen qui examine le cas conformément à la Loi sur le protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux² et à la Loi sur le Protecteur du citoyen ³.

Il faut aussi savoir qu’en situation d’urgence, le Protecteur du citoyen peut intervenir de sa propre initiative et ce, même avant le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services.

Ce cheminement répond donc à la fois à la nécessité que la plainte soit, en première analyse, étudiée par le milieu de dispensation des services et, le cas échéant, par le Protecteur du citoyen qui, conformément à son mandat, présente toutes les garanties d’impartialité et d’indépendance.

  • Loi sur les services de santé et les services sociaux, L.R.Q., c. S-4.2, art. 41 à 76.14.
  • Loi sur le Protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux, L.R.Q., c P-31.1.
  • Loi sur le Protecteur du citoyen, L.R.Q., c. P-32

Processus de plainte

Le régime d’examen des plaintes est un mécanisme gratuit et confidentiel prévu par la loi qui permet de faire connaître son insatisfaction et de rechercher une solution. En l’utilisant, vous pourriez contribuer à revoir certaines pratiques et politiques, et à améliorer les services offerts à l’ensemble de la population.

Le Commissaire aux plaintes et à la qualité des services

Pour porter plainte, une première démarche doit être effectuée auprès du commissaire aux plaintes et à la qualité des services de l’établissement ou de l’agence de la santé et des services sociaux responsable du service en cause. L’usager ou son représentant et l’héritier ou le représentant légal d’un usager décédé peuvent déposer une plainte.

Adressez votre plainte au commissaire local si vous êtes insatisfait des soins et des services fournis par un établissement de santé et de services sociaux, une ressource intermédiaire, une ressource de type familial ou n’importe quel organisme, société ou personne auquel l’établissement recourt.

Adressez votre plainte au commissaire régional si vous êtes insatisfait des soins et des services que vous recevez d’un organisme communautaire, d’une résidence privée d’hébergement, d’un service de transport ambulancier ou d’une agence de la santé et des services sociaux.

Accompagnement aux plaintes

Le commissaire à la qualité des services peut vous aider à formuler votre plainte et à effectuer toute autre démarche relative à son examen. Vous pouvez également être accompagné par la personne de votre choix, par le comité des usagers de l’établissement concerné ou par le Centre d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (CAAP) de votre région. Le CAAP est un organisme communautaire régional mandaté par le ministre de la Santé et des Services sociaux. Ses services sont gratuits et confidentiels. Pour obtenir de l’information sur le CAAP de votre région, composez le 1-877-767-2227.

Traitement de la plainte

Le commissaire à la qualité des services vous confirmera par écrit la date de réception de votre plainte. À compter de cette date, il disposera de 45 jours pour étudier la plainte, rencontrer les personnes concernées et émettre ses conclusions et vous informer des solutions envisagées.

Si votre plainte concerne un médecin, un dentiste ou un pharmacien, le commissaire à la qualité des services de l’établissement l’acheminera au médecin examinateur et vous en informera. Le médecin examinateur est désigné par l’établissement pour étudier ce genre de plainte. Il procédera de la même façon que le commissaire à la qualité des services et il vous communiquera ses conclusions et recommandations dans un délai de 45 jours.

En cas de désaccord

Si vous êtes insatisfaits des conclusions ou des recommandations du commissaire à la qualité des services ou si ce dernier ne vous a pas transmis ses conclusions dans un délai de 45 jours ou encore si l’établissement n’a pas donné suite de façon satisfaisante à ses recommandations, vous pouvez vous adresser au Protecteur du citoyen qui fera un nouvel examen de votre plainte.

Protecteur du citoyen

Bureau de Québec : (418) 643-2688
Bureau de Montréal : 514 873-2032
Ailleurs au Québec : 1 800 463-5070
Courriel : [email protected]
Site Web : www.protecteurducitoyen.qc.ca

 

L’application des recommandations

Le commissaire à la qualité des services et le Protecteur du citoyen sont dotés d’un pouvoir de recommandation. Ils n’ont pas le pouvoir d’imposer une mesure comme le ferait un tribunal. Leur approche en est une de conciliation, c’est-à-dire qu’ils recherchent des solutions satisfaisantes pour toutes les parties.